Comment arrêter de perdre des lecteurs avec 7 règles simples

Texte de blog mal mis en page

Après ça vous ne fatiguerez plus jamais vos lecteurs.

Avant même de réfléchir à ce que vous allez dire, il faut vous assurer que votre texte donne envie d’être lu.

Une minute. Avant même d’avoir une idée ? Comment je peux savoir s’il va donner envie sans savoir de quoi je vais parler ?

C’est simple.

Si vous passez des heures à écrire un texte pour qu’il ressemble à l’image plus haut, je vous garantis que peu importe le sujet sur lequel vous écrivez, votre texte ne donnera pas envie d’être lu.

La triste vérité, c’est que les premières impressions sont très puissantes, même si elles reposent sur des critères parfois superficiels. Et si vous découragez votre lecteur d’entrée avec un texte illisible et mal mis en page, il y a peu de chance qu’il soit lu.

La plupart des interactions sur le web se font avec du texte sous une forme ou sous une autre. Certains designers un peu taquins vont jusqu’à dire que 95 % du web design, c’est de la typographie.

(De là à dire que la rédaction devrait occuper 95 % de votre temps quand vous créez votre site… Hum, hum).

Commençons par faire en sorte que votre texte soit lisible.

1. Utilisez une police dans une taille lisible

La mise en page d’un texte repose sur une science vieille de plusieurs siècles qui demande des connaissances techniques poussées : heureusement, en s’en tenant à quelques principes simples, on peut obtenir des résultats plus que corrects.

En 2011, Smashing Magazine publiait un article où on pouvait lire qu’écrire avec une police de caractère trop petite vous fait perdre de l’argent. L’article lui-même s’appuie sur un texte publié en 2006, qui repose sur des recherches en ergonomie encore antérieures.

Est-ce que le prix de l’encre digitale a augmenté depuis ?

Alors pourquoi est-ce que je vois encore des sites avec des polices ridiculement petites ?

Exemple d'un blog avec une police trop petite

Exemple d’un blog avec une police trop petite (sur le blog de Payplug)

Un texte trop petit dans une police trop grasse pour être facilement lisible (sur Coolture Institute)

Un texte trop petit dans une police trop grasse pour être facilement lisible (sur Coolture Institute)

Cela dit, je ne suivrais pas l’auteur de l’article sur la valeur minimale qu’il donne pour les polices (16 pixels) pour la simple et bonne raison que cette valeur ne correspond à rien.

La taille idéale du texte va dépendre de la police, mais aussi du support sur lequel il va être lu : vous vous tenez moins loin de votre écran de smartphone que de votre ordinateur de bureau, et pour avoir la même expérience de lecture, il faut une police d’une taille différente.

Étant donné que je ne veux pas trop entrer dans des considérations techniques je vous propose une méthode simple : comparez votre site à quelques exemples et ajustez en conséquence.

Le blog de 1910

Le blog de 1910

Le blog de Paul Jarvis

Le blog de Paul Jarvis

Le blog de iA

Le blog de iA

Une autre technique possible si vous êtes réfractaire aux grandes tailles de police : dans ce dernier exemple le site utilise une police plus grande pour le premier paragraphe pour faciliter l’entrée en matière, avant de revenir à une taille plus petite.

2. Faites en sorte que le texte ressorte bien

Pour ce qui est de la couleur, assurez-vous seulement d’avoir un contraste suffisant. Peut-être que le noir (ou le gris très foncé) sur fond blanc (ou très clair) n’est pas trendy, mais ça reste ce qu’il y a de plus lisible.

À éviter en particulier les fonds confus ou chargés où le texte disparaît, surtout quand c’est pour du texte important comme votre proposition de valeur sur votre page d’accueil.

Un titre difficile à lire à cause du fond (Bizmeeting)

Un titre difficile à lire à cause du fond (Bizmeeting)

À comparer avec ça :

 

Simple et efficace, texte sombre sur fond clair

Chez Dowza : simple et efficace, texte sombre sur fond clair (contrairement à leur proposition de valeur).

 

3. Réduisez la longueur maximum de vos lignes

Autre point qui rend très vite la lecture désagréable : un texte avec une justification trop grande, voire aucune justification.

Les moins typographes d’entre vous se demandent peut-être ce qu’est une justification ? Consultons Wikipédia :

En imprimerie, la justification est la longueur de la ligne la plus longue, permise par le format utile du papier sur lequel on imprime un texte ou de la longueur voulue d’un paragraphe.

Et pour un exemple de justification trop grande, consultons… Wikipédia :

Pour se faire une idée, les articles de Wikipédia sont ferrés à gauche par défaut et sont par nature, […], d’une justification souvent trop longue.

En effet, si vous faites partie des malchanceux qui travaillent sur des écrans 27 pouces, vous avez déjà dû rencontrer cette situation un certain nombre de fois :

 

Wikipédia souffre souvent d'une justification beaucoup trop grande

Wikipédia souffre souvent d’une justification beaucoup trop grande

Ici encore, les experts diffèrent quant à la longueur idéale à donner à vos lignes. On voit des chiffres allant de 45 à 90 signes par ligne, d’autres parlent de 10 à 12 mots, certains croient en un chiffre idéal de 66 caractères par ligne.

Je laisserai ces querelles aux designers professionnels et me contenterai d’un principe plus général : essayez d’éviter l’effet Wikipédia décrit plus haut, et tout ira bien.

À titre de comparaison, en faisant le test sur la page Wikipédia en image plus haut, je trouve une valeur de 354 caractères à l’endroit le plus large, soit près de 5 fois la valeur recommandée.

Lisible c’est bien, scannable c’est mieux

Voilà, vous avez sélectionné une belle police sur Typekit, le texte est bien mis en page, alors maintenant tout le monde va le lire ? Pas tout à fait.

L’étude qui a fait autorité sur le sujet pendant longtemps avait abouti à une conclusion simple : comment les gens lisent-ils sur internet ? Ils ne lisent pas, ils scannent.

Pour être plus précis, 79 % des gens ne prennent pas le temps de lire les textes qui leur sont présentés dans leur intégralité. Ils passent en revue rapidement l’ensemble de la page, sautant de paragraphe en paragraphe pour trouver quelque chose qui les intéresse, et ils s’arrêtent pour lire les parties pertinentes.

Même si Nielsen a complété cette étude en montrant que parfois les gens lisent bien certains textes entièrement, rendre son texte plus facile à parcourir reste important.

Pour faciliter ce mode de consommation de contenu propre au web, il faut donc jouer sur certains éléments de mise en page pour rendre vos textes plus scannable  :

  • la graisse pour mettre en valeur les termes importants
  • les sous-titres informatifs pour décomposer le contenu en sous-parties bien définies
  • les listes (à puces ou numérotées) pour rendre les énumérations plus digestes
  • la longueur des paragraphes qui doit être beaucoup plus courte que d’ordinaire

Nielsen recommande aussi d’écrire des textes plus brefs, mais je tempérerais ce point de vue : si vous rédigez du contenu pour votre site, il est sûrement bon que vos articles soient longs.

Passons en revue ces éléments rapidement.

4. Attirez l’attention de vos lecteurs sur les éléments qui peuvent les intéresser

Je cite l’utilisation du gras plus haut, mais on peut aussi souligner ou surligner le texte (sans en abuser), ou utiliser des liens hypertextes pour attirer l’attention.

Au-delà de ces détails cosmétiques, il est important de bien choisir ce que vous mettez en gras.

Insistez sur les conclusions et les points importants qui permettent à votre lecteur de suivre la progression de l’article. Inutile par exemple de mettre 15 fois le nom de votre produit en gras.

Votre but doit être de pointer du doigt les informations que votre lecteur est susceptible de rechercher. Mettez en gras ce qui est important pour lui, pas pour vous.

Une façon supplémentaire d’attirer l’attention (tout en augmentant votre crédibilité) : utilisez des liens hypertextes pour citer vos références.

5. Découpez vos textes avec des titres informatifs ou incitatifs

Si votre texte dépasse quelques paragraphes, il peut être bon d’expliciter sa structure en le découpant avec des sous-titres.

Ils permettront à vos visiteurs de sauter les sections qui ne les intéressent pas, les points qu’ils connaissent déjà, et de se concentrer sur ce qui est le plus pertinent pour eux.

Un peu comme un livre a des chapitres qui vous permettent de faire une pause, et de segmenter votre lecture, un article doit avoir des sous parties pour laisser respirer votre lecteur.

Certains copywriters prônent l’utilisation de sous titres que j’appellerais incitatifs, car ils cherchent à inciter le lecteur à lire la suite sans nécessairement lui indiquer exactement le contenu du paragraphe.

Un truc typique, presque un cliché, serait de faire la chose suivante :

  • Avant : Attirez l’attention de vos lecteurs sur les éléments qui peuvent les intéresser
  • Après : Le secret à connaître pour attirer l’attention de vos lecteurs
  • Variante : Est-ce que vous utilisez cette technique imparable pour capter l’attention de vos lecteur ?

En évitant de vendre la mèche directement dans le titre, on force le lecteur à lire la suite du paragraphe.

Mais comme vous le voyez, on tombe rapidement dans le langage de vendeur de souk si on ne fait pas un peu attention. On peut toujours essayer d’être plus subtile, et limiter l’utilisation de cette technique à quelques sous titres par page, mais il ne faut pas aller trop loin.

Sauf bien sûr si vous voulez sonner comme ça :

6. Écrivez des paragraphes courts et commencez par l’essentiel

Sur internet, les lecteurs sont fainéants. Il faut vous y faire. Presque personne ne lit un long paragraphe d’un bout à l’autre.

Pour être sûr d’être lu, il faut être concis, et il faut fournir au lecteur ce qu’il recherche le plus vite possible.

Ça veut donc dire deux choses :

  1. Réduisez la longueur de vos paragraphes à 3-4 lignes maximum.
  2. Commencez vos paragraphes par votre idée principale, et limitez chaque paragraphe à une idée.

La clé, c’est de varier la longueur de vos paragraphes. Personne n’aime lire des des phrases trop longues trop longtemps, mais les phrases courtes créent un style saccadé tout aussi fatiguant.

7. Rendez vos listes plus attrayantes en utilisant ces principes

Les listes sont une manière très efficace de rendre votre contenu plus facile à scanner.

Voici quelques principes à suivre pour les utiliser correctement :

  1. Mettez l’important au début de votre liste pour faciliter une lecture rapide. Vous pouvez ajouter du gras pour bien souligner.
  2. Utilisez la même structure pour toute la liste. Si vous commencez votre premier point par un verbe, continuez avec des verbes dans les points suivants.
  3. Évitez les entrées trop longues. Limitez-vous à 2 ou 3 lignes maximum, sinon, utilisez des paragraphes.
  4. Utilisez une liste numérotée si elle devient trop longue.  Vos lecteurs pourront plus facilement s’y retrouver et faire référence à des points précis.
  5. Assurez-vous de la cohérence de vos liste. Ne mélangez pas des éléments qui n’ont rien à faire ensemble dans la même liste.
  6. N’abusez pas des listes. Elles sont efficaces, mais peuvent paraître un peu froides car trop purement factuelles.

Même en suivant ces règles, tous les éléments de vos listes à puces ne naissent pas égaux. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne faut pas ordonner les éléments par ordre d’importance.

Car les lecteurs ne lisent pas dans l’ordre. Ils lisent les premiers éléments de la liste, et passent directement à la fin, et remontent parfois lire le reste.

L’ordre à suivre est donc le suivant :

  • Point le plus important
  • Second point le plus important
  • Point moyennement important
  • Point moyennement important
  • Troisième point le plus important

C’est particulièrement important quand vous listez les caractéristiques ou les avantages de vos produits.

Bonus: le résumé en images

Résumé en image des étapes à suivre pour optimiser la lecture de vos textes

Résumé illustré des étapes à suivre pour optimiser la lecture de vos textes

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes